« La descente » de Tim Johnston – Editions Le Livre de Poche

Elle s’appelait Caitlin. Elle avait dix-huit ans quand elle a disparu. Le ciel est d’un bleu pâle, quelques nuages blancs glissent sur les sommets. Une beauté à couper le souffle. Une véritable carte postale. Les Rocheuses ont envoûté les Courtland, qui y passent leurs vacances d’été tant attendues. Un matin, Caitlin et son jeune frère, Sean, partent pour un jogging sur les petites routes bordées de sapins. Sean sera le seul à en revenir.La famille bascule dans le cauchemar. Entraîné dans un tourbillon d’effroi et de culpabilité, le père de Caitlin s’installe dans la région pour aider les enquêteurs. Mais les semaines deviennent des mois et Caitlin reste introuvable. À quel moment décide-t-on d’interrompre les recherches pour un proche ? À quel moment une fille cesse-t-elle de se battre pour rester en vie ? Best-seller du New York Times et du Boston Globe, coup de c?ur des libraires indépendants américains, La Descente mêle finement drame familial et grands espaces.

16. La descente

Livre reçu dans le cadre du Prix des lecteurs Sélection Polars/thrillers 2018 Le Livre de Poche.

Tim Johnston est romancier et novelliste américain. Enseignant la création littéraire, « La descente » est son premier roman pour adultes.

Avec une plume réfléchie, l’auteur nous plonge dans la disparition d’une jeune femme, Caitlin Cartland, durant des vacances en famille avant son entrée à l’université. Tout le roman est concentré sur la psychologie des personnages face à la perte d’une fille, d’une soeur. On suit particulièrement le père, Grant, le frère, Sean, et la mère, Angela, et Caitlin, dans une descente aux enfers, une errance. La jeune femme essaie de survivre dans des conditions d’enfermement extrême tandis qu’on partage le quotidien de cette famille détruite.

Elle cligne de l’œil, éblouie par la lumière, et la silhouette dans le trou se précise, sa véritable forme se révèle, et elle sent sa poitrine transpercée comme si une lame lui fendait le cœur en deux telle une pomme.

L’intrigue est bien menée entre le présent et le jour de l’enlèvement mais le dénouement est prévisible, voire peu crédible. Les personnages sont trop difficiles à suivre dans leur torture, le roman est trop focalisé sur celle-ci et non sur l’enquête pour vraiment apprécier au moins l’un des protagonistes. Les investigations pour retrouver Caitlin sont au ralenti et auraient mérité plus de dynamisme. Les descriptions sont très détaillées, trop pour moi. On subit une quarantaine de pages pur enfin découvrir la disparition de Caitlin. Tout est décrit avec précision : les arbres, les chemins empruntés par la fratrie, le vélo du frère, le sac de la coureuse… Rien n’échappe et cela ne laisse aucune place à l’imagination.

Je pense que l’auteur souhaitait immerger son lecteur dans la détresse d’une famille après l’enlèvement d’un des membres et la torture psychologique dans de telles circonstances. Mais, vous l’avez compris, ce roman n’a pas trouvé son public avec moi : pas assez énergique, trop centré sur les personnages et pas suffisamment équilibré avec l’enquête. Cela a été une lecture laborieuse, j’ai à peine été curieuse de connaître la fin.

En vente sur Amazon

Pour en savoir plus : Tim Johnston _ Le Livre de Poche

N’hésitez pas à me laisser un commentaire pour me donner votre avis sur cet article ou à me suivre dans les méandres de mes lectures.
En tant que Partenaire Amazon, Ab Acia et Acu réalise un bénéfice sur les achats remplissant les conditions requises.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s