« Les Yeux » de Slimane-Baptiste Berhoun – Editions Bragelonne

«  Tout en haut du Plateau, le vent pouvait rendre fou.

On avait choisi d’y construire un asile. L’Orme : une grande bâtisse lugubre, battue par les vents et la neige. Même les bombardements de 44 n’avaient pu en venir à bout. À croire qu’il échappait à toute influence humaine.

Et des morts étranges, violentes, il y en avait toujours eu et il y en aurait encore, là-haut. D’ordinaire, personne ne venait s’en mêler. Ni la gendarmerie du Village, ni les réducteurs de tête de Paris.

Si on avait écouté les fous enfermés derrière les murs de l’Orme, on y aurait peut-être vu l’oeuvre d’un monstre. Mais les fous, ça ne s’écoute pas, ça se traite. Ce que le psycho-chirurgien à la tête des affaires médicales de l’établissement sait faire d’une main de fer. À l’abri des regards. À condition de parvenir à se débarrasser définitivement de cette trop curieuse disciple de Lacan venue fouiner dans les dossiers de ses malades.« 

Les yeux

 

Tout d’abord, Slimane-Baptiste Berhoun a été acteur dans « Le Visiteur du Futur ». Personnellement je ne l’ai découvert qu’à travers le trailer de son roman. J’ai donc profité de la Japan Expo 2017 pour me le procurer. J’aurai bien aimé le faire dédicacer, mais c’était sans compter sur la file de fans qui emplissait l’allée et leur longue « conversation » avec l’auteur… Je m’en suis allée vers d’autres aventures.

Donc ce roman se déroule dans un asile (ah non ce n’est pas politiquement correct… en même temps, j’écris ce que je veux) et nous plonge au coeur des fous.

Un enfant est retrouvé mort. Il était pensionnaire de cet hôpital psychiatrique, à 7 ans ! Trop jeune pour être là et encore plus pour mourir. Mais comme écrit dans le livre « Un malade, ça n’a pas d’âge. Ça a une maladie« . On est en 1952, il faut se mettre dans le contexte. Les policiers repartent, se contentant de l’explication donnée par le Directeur et le psycho-chirurgien.

C’est à ce moment-là qu’arrive la disciple du Professeur Lacan, une jeune femme de 20 ans, absolument pas attendue (contrairement à son mentor). Dans ce contexte, on peut facilement imaginer que l’auteur nous prépare à des rebondissements inattendus et chargés d’électricité.

Ce personnage me fait penser à Saga Norén dans la série Bron : froide, apathique, pragmatique et très intelligente. Malgré tout on s’attache à elle et au pharmacien Gaultier, qui la soutient tout le long de son périple.

On se lie aussi facilement d’affection aux autre protagonistes de l’histoire. On est plongé avec eux dans leur quotidien, dans leurs troubles psychiatriques et dans leurs peurs.

Quelques touches d’humour, beaucoup de rebondissement, des scènes sensibles et d’horreur, un final très palpitant mais beaucoup trop de longueurs… Au milieu du livre, j’ai eu beaucoup de difficulté à rester accrochée à l’histoire. Pourtant je l’ai terminé en une nuit parce que j’avais peur et que je voulais comprendre. Ça reste malgré tout un très bon roman.

En vente sur Amazon

Pour en savoir plus : Slimane-Baptiste Berhoun    slim_bio-142-142_3

N’hésitez pas à me laisser un commentaire pour me donner votre avis sur cet article ou à me suivre dans les méandres de mes lectures.
En tant que Partenaire Amazon, Ab Acia et Acu réalise un bénéfice sur les achats remplissant les conditions requises.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s