« Sans même un adieu » de Robert Goddard – Editions Le Livre de Poche

1911. Geoffrey Staddon, un jeune et talentueux architecte, vient de concevoir une magnifique demeure, Clouds Frome. En travaillant sur ce projet, il est tombé fou amoureux de l’épouse de son commanditaire, Consuela Caswell. Alors que les amants projettent de vivre ensemble, Geoffrey abandonne finalement la jeune femme à son triste sort, préférant se consacrer pleinement à ses ambitions professionnelles.
1923. Geoffrey apprend par un article de presse que Consuela Caswell est accusée de meurtre et risque la peine capitale. Bouleversé par cette nouvelle qui réveille bien des fantômes et ravive son sentiment de culpabilité, il décide de retourner à Clouds Frome. Il ne sait pas encore que ce qu’il va y découvrir bouleversera son existence.

« Tombant dans tous les pièges posés par des personnages plus machiavéliques les uns que les autres, vous ne pourrez plus lâcher ce livre une fois que vous l’aurez ouvert. » Yves Quitté, France Dimanche.

2. DUdfDtIW4AA8Syo.jpg

Robert Goddard est un romancier anglais, auteur de romans policiers et de romans à énigme. « Sans même un adieu » a été sélectionné pour le Prix des Lecteurs 2018 chez Le Livre de Poche dont je remercie la maison d’édition pour sa confiance en mon jugement.

Dans une bourgeoisie anglaise du début du XXè siècle, teintée de secrets de famille, d’histoire d’amour et de trahison, nous suivons l’histoire sur deux temps : 1911, durant la construction de Clouds Frome dont l’architecte britannique, Geoffrey Staddon, a la charge et y fait la connaissance de Consuela Caswell dont il devient son amant mais qu’il abandonne au profit de sa carrière. Et 1923 lorsqu’on découvre que Consuela est accusée de meurtre sur sa nièce et de tentative de meurtre sur son mari.

C’est une histoire, à l’ancienne, de 795 pages qui nous fait suivre Geoffrey Staddon, architecte britannique, dans sa quête d’innocenter son ancienne maîtresse. De faux-semblants en faux semblants, avec des rebondissements qui nous ramènent dans l’intrigue, des personnages qui font leur entrée en cours de route, on est chahuté de Londres à Hereford, en passant par Nice ou le Cap Ferrat. C’est une enquête riche qu’on vit au travers du regard de l’architecte, avec ses erreurs, ses croyances et ses coups douteux.

Malgré tout ce que renfermait le passé, le pire était encore à venir.

Parallèlement à l’intrigue, l’auteur nous plonge dans la vie quotidienne des maisons bourgeoises où l’on appréciait se retrouver au salon à l’heure du thé mais aussi dans les rouages de la justice britannique que nous pouvons apprécier à travers l’écriture épistolaire d’un des personnages, et dont les détails sont décrits avec passion et justesse. Le suspense est très bien dosé, les personnages sont dépouillés au fil de la lecture et la plume est fluide et précise.

Ce roman a été une découverte déconcertante puisque malgré la longueur du récit j’ai été happée dans cette belle et triste histoire d’amour, aux allures « Downtown Abbey » ou de « Hercule Poirot » pour le côté polar. Même si parfois je me suis sentie accablée, j’ai été agréablement surprise de me sentir autant concernée par cette enquête et ses rebondissements. C’est un auteur auquel j’aurais plaisir à m’intéresser.

En vente sur Amazon

Pour en savoir plus : Robert Goddard _ Le Livre de Poche   2. Robert Goddard (c) Graham Jepson (email)

N’hésitez pas à me laisser un commentaire pour me donner votre avis sur cet article ou à me suivre dans les méandres de mes lectures.
En tant que Partenaire Amazon, Ab Acia et Acu réalise un bénéfice sur les achats remplissant les conditions requises.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s