« Tuer n’est pas vivre » de Charlotte Adam – Auto-édition

New-York, de nos jours. Depuis des années Wade mène une vie où l’argent et le sang se mêlent quotidiennement. Une vie dans laquelle aucune attache n’est possible, et où la fin peut survenir à tout moment. Wade l’a accepté depuis longtemps.
Lorsqu’il renoue le contact avec un vieil ami, restaurateur italien membre de la mafia et père de la jeune et fantasque Marina, Wade est entraîné dans des milieux qu’il connaît bien mais où cette fois sa vie ne sera pas la seule en jeu.
Danger et manipulation ne viennent pas forcément de là où on les attend et, quand l’attirance se mêle au doute, Wade devra choisir entre ce que lui dicte son instinct et un ultime désir d’une autre vie.

Tuer n'est pas vivre

Service presse via SimPlement.pro.

Charlotte Adam est une passionnée de lecture et d’écriture. « Tuer n’est pas vivre » est son premier roman.

Wade, bel homme approchant de la quarantaine, tueur à gages, a été touché par une balle lors de son dernier contrat. Il va se réfugier chez Tony, restaurateur dans le quartier de Little Italy et père trop protecteur. Ce dernier étant absent, c’est sa fille, Marina, jeune femme de vingt-cinq ans, qui l’accueille et le soigne. Alors apparaissent les premiers signes d’une future idylle. Mais quelle place pour une femme dans la vie d’un homme toujours en danger et qui tue pour vivre ?

Avec une plume agréable, l’auteure nous invite à nous intéresser au milieu de la mafia italienne, avec ses divers trafics, au sein du quartier régi par leurs propres règles. Pourtant Tony respecte l’honneur et la parole donnée. Face à lui, Wade soutient les mêmes valeurs. Mais Marina fait de plus grands rêves que le restaurant de son père et se lance impétueusement dans de petits trafics au risque de sa vie, jusqu’au jour où un contrat est posé sur sa tête. Les personnages sont touchants, avec une personnalité riche et forte.

Wade esquissa un sourire. L’avantage avec Marina c’était qu’elle prenait ce genre de mésaventure comme si cela allait de soi… Il ne connaissait pas beaucoup de jeunes femmes qui seraient passées dans la préparation d’un repas italien au soin d’une blessure par balle, sans paraître plus dérangées que ça par la situation.

Dans cette histoire noire, aux allures de polar, l’intrigue est menée avec brio. Cette ambiance sombre et violente laisse pourtant une place à une histoire d’amour naissante et impossible entre un tueur à gages et la fille d’un petit mafioso. Le quartier Little Italy est décrit subtilement tandis que le restaurant et sa cuisine sont beaucoup plus détaillés. Après de nombreux rebondissements, le dénouement est intéressant et promet une suite tout autant palpitante.

« Tuer n’est pas vivre » a été une lecture captivante avec des personnages particulièrement intéressants, une intrigue bien ficelée et une ambiance noire intrigante. J’ai apprécié Wade, sa retenue, ses interrogations et son professionnalisme alors que Marina était trop « Princesse », fille trop gâtée par un père hyper protecteur.

En vente sur Amazon

Pour en savoir plus : Charlotte Adam

En tant que Partenaire Amazon, Ab Acia et Acu réalise un bénéfice sur les achats remplissant les conditions requises.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s