« Je te vois » de Clare Mackintosh – Editions Le Livre de Poche

Comme des milliers de Londoniens, Zoe Walker emprunte quotidiennement le métro et feuillette le journal distribué sur le quai. Un matin, elle y découvre sa photo dans les petites annonces, sous l’adresse d’un site Internet. Qui a pris ce cliché à son insu ? Dans quel but ? Et puis, est-ce bien elle ? Sa famille n’en est guère convaincue. Zoe ne trouve qu’une oreille attentive : celle de Kelly Swift, un agent de la police du métro. Car une succession d’incidents étranges, puis le meurtre d’une femme qui avait également découvert sa propre photo dans le journal persuadent Kelly que quelqu’un surveille les moindres faits et gestes des passagères. Chacune de leur côté, Zoe et Kelly vont lutter contre cet ennemi invisible et omniprésent.

Un beau succès avec son premier roman, Te laisser partir. Pari réussi pour le deuxième, à l’intrigue franchement originale. Elle.

Entre angoisse et paranoïa, on frissonne jusqu’à la dernière page ! Cosmopolitan.

Traduit de l’anglais par Françoise Smith.

7. Je te vois

Livre reçu dans le cadre du Prix des lecteurs Sélection Polars/thrillers 2018 Le Livre de Poche.

Clare Mackintosh est une ancienne policière reconvertie dans le journalisme et les médias sociaux. Elle nous fait profiter de ces diverses expériences dans ses romans et apporte toute la crédibilité nécessaire aux polars.

On est plongé dans les méandres du métro londonien dans lequel les regards coupables sont mêlés aux gestes silencieux. Mais quand une voyageuse retrouve une photo d’elle pour illustrer une petite annonce de téléphone rose, elle s’interroge. Des événements et une rencontre avec  un agent de police vont finir de l’inquiéter : le jeu du chat et de la souris est en route.

Dans un style agréable et soigné, l’auteur nous invite dans un thriller psychologique où les chapitres nous permettent de suivre les différentes perspectives. Le rythme me semble inégal : des longueurs, des résolutions trop rapides… Cela m’a gêné dans ma lecture. Toutefois l’intrigue est intéressante, bien menée et met en avant l’utilisation des réseaux sociaux.

Je te vois. Mais toi, tu ne me vois pas. Tu es absorbée dans ton roman, une édition de poche dont la couverture est illustrée par une fille en robe en rouge et dont je ne distingue pas le titre, mais peu importe : ce sont tous les mêmes. Si ce n’est pas l’histoire d’une rencontre, c’est l’histoire d’une obsession, d’une traque. Une histoire de meurtre.
L’ironie de la situation ne m’échappe pas.

Les personnages féminins, Zoe et Kelly, sont très complets et font avancer le récit avec intelligence et perspicacité. Elles nous plongent dans une histoire angoissante où le criminel est omniprésent, invisible et engage d’autres sources pour assouvir ses méfaits. L’ambiance est anxiogène et inquiétante au sein de l’Underground, des foules circulant dans le métro londonien sans se douter qu’un « voyeur » chasse ses futures victimes.

Ce roman a été une lecture laborieuse avec les problèmes de rythme et des personnages qui ne m’ont pas touché. L’intrigue m’a rappelé mes années parisiennes et le stress découlant des sous-terrains des grandes villes. Seule la plume de l’auteur m’a permise de terminer cet ouvrage sans trop de souci.

En vente sur Amazon

Pour en savoir plus : Clare Mackintosh _ Le Livre de Poche   logo

N’hésitez pas à me laisser un commentaire pour me donner votre avis sur cet article ou à me suivre dans les méandres de mes lectures.
En tant que Partenaire Amazon, Ab Acia et Acu réalise un bénéfice sur les achats remplissant les conditions requises.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s