« Solo pour une nocturne – Dans Limoges La Noire » de Joël Nivard – Editions La Geste

Un nouveau polar de Joël Nivard

Une série de meurtres dans la ville sans mobiles apparents, si ce n’est que les victimes sont toutes liées au milieu du banditisme local. Le mode opératoire et les armes utilisées laissent supposer qu’il s’agit d’un seul tueur.

Un vieux flic attend sa retraite en promenant un oeil caustique sur une hiérarchie qui se prend à rêver qu’elle « manage » des chefs d’entreprise et évalue les policiers à la performance, à la culture du résultat. Il est sans illusion sur la déliquescence d’un milieu qui échappe à toutes les règles d’une société qui s’étiole.

Reste la ville. Reste l’amitié des hommes. L’amour des femmes.

Les nuits sans sommeil, l’amour de la bonne chère et les jours qui s’allongent donnent encore un peu de rythme et de piment à la vie de ce flic désabusé. Au son du rock’n’roll et d’un regard sans complaisance sur une carrière dont cette ultime enquête sera le point d’orgue. Une balade sans nostalgie dans la ville, la noire.

Un personnage attachant dans une enveloppe un peu rude. Un suspense sans failles.

solo pour une nocturne.png

J’ai sélectionné ce roman dans le cadre du partenariat avec Geste Editions et ai ainsi redécouvert un auteur limougeaud, Joël Nivard. Il a écrit des pièces de théâtre, des romans et une nouvelle dans « Terminus : la gare en noir ». Il aime la nuit, le vin, le roman noir et le rock’n’roll, passions partagées dans « Solo pour une nocturne ».

Au travers de chapitres multi-focaux, plusieurs styles se mêlent pour coller aux personnages-points de vue. Le meurtrier et ses victimes sont présentés dans une ambiance sombre et oppressante, avec un rythme soutenu corroboré par des phrases courtes. A contrario, les policiers évoluent dans une atmosphère plus lente, désabusée et à la mesure de leurs pensées, étayée par des phrases plus longues et descriptives. Avec des personnages masculins proches de la retraite, la plume est soignée, autant poétique que cynique, au langage soutenu et cru. Ce n’est pas à un vieux singe qu’on apprend à faire des grimaces et encore moins à se faire « manager ».

Effacer les traces. Laisser le silence se fondre dans l’espace. Ecouter la nuit dehors. Le cri des chiens, au loin. Le colt entre les doigts manucurés du vieux. Drame de la jalousie. Le sexe et la mort. Dans le milieu interlope des lopes.

Lechénieux est appelé pour prendre connaissance d’un crime ressemblant à un meurtre-suicide d’un couple homosexuel. En parallèle, Varlaud doit se rendre dans une ancienne usine de porcelaine où un homme a été abattu par un sniper. Les victimes sont connues des services de police alors leur meurtrier pourrait bénéficier d’une médaille du mérite. Mais un crime reste un crime.

Dans cette ambiance noire et ancienne génération, je ne m’y suis pas retrouvé. C’était comme regarder Kojak ou l’inspecteur Maigret, avec des longueurs qui m’ont laissée choir dans mon canapé. Toutefois, il faut reconnaître le talent de l’auteur. L’intrigue est très bien travaillée, les personnages sont sombres et soigneusement élaborés. Entre un alcoolique et un solitaire, les policiers réussissent tout de même à mener à bien leurs enquêtes.

Malgré mes retenues, j’ai sincèrement apprécié ce roman policier dont la fin est difficilement prévisible. Un chef-d’oeuvre noir basé sur la psychologie des personnages qui m’a laissée pantoise.

En vente sur Amazon

Pour en savoir plus : Editions La Geste   éditions la geste

N’hésitez pas à me laisser un commentaire pour me donner votre avis sur cet article ou à me suivre dans les méandres de mes lectures.
En tant que Partenaire Amazon, Ab Acia et Acu réalise un bénéfice sur les achats remplissant les conditions requises.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s