« Les visages de Victoria Bergman 01 – Persona » d’Erik Axl Sund – Editions Actes Sud

« La psychothérapeute Sofia Zetterlund suit deux patients particulièrement difficiles : Samuel Bai, un ancien enfant-soldat de la Sierra Leone et Victoria Bergman, une femme profondément meurtrie par un violent traumatisme d’enfance. Tous deux présentent des signes de personnalités multiples.
Un jeune garçon est retrouvé mort derrière des buissons, près d’une bouche de métro, le corps momifié et sauvagement mutilé. Pour l’inspecteur Jeanette Kihlberg, l’enquête s’annonce compliquée : il est d’origine étrangère et personne ne semble se préoccuper de sa disparition. Bientôt une nouvelle victime impose l’horrible évidence d’une série.
Chacune de leur côté, la flic et la psy se voient confrontées aux mêmes questions : Combien de souffrances peut on infliger avant de basculer dans l’inhumain et de devenir un monstre ? À quel moment la victime se mue-t-elle en prédateur ? Et peut-on être mauvais si on ne ressent aucune culpabilité ?
Avec le premier volume de la trilogie « Les Visages de Victoria Bergman », acclamé par la presse suédoise, Erik Axl Sund entame une plongée vertigineuse dans les tréfonds du psychisme humain et signe un polar brut et rageur qui remet l’urgence au coeur du genre.« 

Les visages de Victoria Bergman 01_Persona.jpg

« Les visages de Victoria Bergman » est une trilogie à quatre mains d’auteurs suédois : Jerker Eriksson et Håkar Axlander Sundquist. Appréciant particulièrement l’ambiance du Nordic Noir (« Millénium », les séries « Bron », « The killing »,…), j’ai été attirée dès l départ par ce roman. Le premier chapitre m’a confirmé mon engouement et quand il apparaît qu’un enfant accueilli par une femme se retrouve enfermé dans une pièce secrète chez elle, je me suis sentie emportée.

Dans un style fluide, une dynamique maîtrisée et un rythme soutenu, les auteurs nous font profiter d’une écriture féminine, sensible et chargée en émotion. les personnages féminins ont la côte et ce sont elles qui mènent l’histoire. Elles sont perturbées, souffrent de solitude, d’abandon et de trahison. Les hommes ne sont pas en reste puisqu’ils sont lâches, menteurs et pervers. Face à cette histoire sombre et glauque, dans un univers torturé, on est immergé avec une précision déconcertante dans le cerveau d’une schizophrène. L’ambiance psychologique met le feu aux poudres avec la personnalité ambiguë de la psychologue qui nous intrigue et nous interroge. Les auteurs déploient des ressorts narratifs intéressants pour mener à bien des thèmes tels que la torture, la pédophilie, l’inceste, les enfants-soldats, les viols, la folie.

« Cela aurait été une évidence immédiate, comme lorsqu’une femme comprend que l’enfant dont elle vient d’accoucher n’est qu’à elle.
Elle avait trouvé à la fois l’élève qu’elle cherchait et l’enfant qu’elle n’aurait jamais pu avoir. »

Ce premier tome captivant se termine par un cliffhanger, entraînant une frustration qu’il faudra combler avec la suite. En tout cas, ça a été une lecture très intéressante et perturbante où le duo d’auteurs a su mêler sensibilité et actes criminels horribles.

En vente sur Amazon

Pour en savoir plus : Erik Axl Sund     AVT_Erik-Axl-Sund_9853

N’hésitez pas à me laisser un commentaire pour me donner votre avis sur cet article ou à me suivre dans les méandres de mes lectures.
En tant que Partenaire Amazon, Ab Acia et Acu réalise un bénéfice sur les achats remplissant les conditions requises.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s