« Terminus : la gare en noir » – Collectif – Editions La Geste

« Comment « partir à l’heure » lorsque les souvenirs d’une vie de cheminot vous hantent ?
Qui est cette jeune femme, blottie contre une statue du parvis de la gare ?
Alice parviendra-t-elle à prendre son train et à fuir cet homme qui la poursuit ?
En mai 1945, qu’est-il arrivé à Jeanne pour que celle-ci défile tondue sur la place Maison-Dieu ?
Qu’attend le chien Argos, les yeux rivés sur l’escalier descendant vers les quais ? Un voyage haletant, pour des plumes ferroviaires : Terminus gare des Bénédictins. Cinq nouvelles noires dans lesquelles Laurence Jardy, Laurine Lavieille, Franck Linol, Joël Nivard et Franck Villemaud parent la gare des Bénédictins d’un voile sombre. Chaque récit suit les destins tourmentés de personnages à la croisée de leur vie. Les illustrations de Lionel Londeix associées aux photographies de Radouan Aounzou donnent à ce lieu si symbolique pour la ville de Limoges une dimension noire et tragique.« 

terminus la gare en noir

Dans le cadre de ma participation à la masse critique de Babelio, j’ai reçu ce sublime recueil de nouvelles noires. La couverture représente bien le thème du livre « La gare en noir ». On peut y voir une photo en noir et blanc de la gare de Limoges, une représentation de Jean Gabin, cigarette à la bouche, prêt à mener l’enquête, et la couleur rouge qui flotte derrière le campanile. En feuilletant le livre, les pages sont épaisses, illustrées et varient entre noir, rouge et blanc. Ca nous plonge dans l’atmosphère attendu d’un polar noir.

1. »Argos » de Laurence Jardy

Il s’agit de l’histoire d’un galgo espagnol, Argos, recueilli par un jeune garçon de 14 ans, fils de cheminot. On partage le point de vue de chacun :  le lévrier maltraité en Espagne, laissé pour mort et expatrié en France à ses deux ans pour rejoindre Ben, adolescent devenu orphelin. A travers des répétitions de phrases, l’auteur insiste sur le vieillissement du chien comparé à la jeunesse et fougue de Ben, âgé alors de 22 ans. On a peu de dialogues, beaucoup d’introspection. Finalement, cette histoire est à la fois touchante et troublante.

2. « Incendie » de Laurine Lavieille

On va d’abord suivre Alice, en pleine séparation. Son mari apparaît comme une personne possessive, voire violente, mais rien de concret. La jeune femme s’en va à la gare de Limoges pour fuir loin de lui.

Puis on va à la rencontre de Nathalie, peintre et pompier volontaire. Elle est appelée dès la prise de son service, sur un grave incendie à la Gare de Limoges.

Le changement entre les personnages est radical et imprévisible, mais est très bien mis en page dans le recueil. Cet incendie a réellement existé et on va être plongé, à travers le point de vue de ces deux femmes, dans le chaos de cette tragédie.

  1. « Un éclair d’or » de Franck Linol

L’histoire se déroule en 1944. On va suivre plusieurs personnages qui vont tous être liés au final. D’abord Jeanne, tombée amoureuse de Siegfried, un « boche », puis un trio opportuniste et un résistant.

C’est un texte très historique (faits corroborés à la fin de la nouvelle par l’auteur) avec des scènes fictives. Les phrases sont relativement longues ce qui donne un rythme assez lent malgré de nombreux rebondissements.

  1. « Partir à l’heure » de Joël Nivard

Un homme, dont on ne connaîtra le nom qu’à la fin, vit son avant-dernière journée de travail, la retraite au bout des doigts. Il nous décrit dans les détails sa manière de voir la gare, le trajet jusqu’à son travail, sa vie… Il est musulman, et particulièrement extrémiste puisqu’il est parti pour finir kamikaze… ou pas.

Ce texte est très long à cause des descriptions, ce qui n’est vraiment pas ma tasse de thé, mais ça ne change rien au style poétique de l’auteur. La fin est très inattendue et j’ai apprécié de me faire secouer ainsi.

  1. « Loin de Chibok » de Franck Villemaud

L’histoire d’une jeune nigérienne arrivée à Limoges. C’est basé sur des faits réels précisés dans les notes de l’auteur, à la fin. Les thèmes abordés sont lourds : l’enlèvement de 276 lycéennes à Chibok, au Nigéria, la traite des êtres humains, les demandes d’asile en France.

Le récit est écrit selon le point de vue de cette adolescente de 17 ans, en utilisant des métaphores sur la naissance ou la maternité. Le langage est donc celui d’une jeune nigérienne, ne maîtrisant pas tout le vocabulaire français, et qui reste tout de même dans un style très poétique. Autant ce langage m’a été difficile, autant l’histoire est satirique de notre société face aux étrangers cherchant l’asile, ce qui l’a rendue très intéressante.

Conclusion : 

Je dois dire que les nouvelles se suivent merveilleusement bien. On commence avec un chien qui arrive à la gare de Limoges, recueilli par un fils de cheminot, puis des personnages qui vivent à Limoges et sont au cœur de l’action (à différentes époques et de différents milieux), et on termine avec une jeune femme qui nous ramène à la gare, directement sur le sommet du campanile.

J’ai adoré le tenir en main, me laisser porter dans ce voyage et sentir les rails de la vie traverser mon esprit. Les histoires sont variées, les styles tout autant. Les illustrations et photos sont bien choisies, plantent le décor et nous plongent dans cette ambiance sombre. Ces nouvelles noires devraient vraiment plaire aux amoureux du genre et la version papier est particulièrement magnifique, je vous la conseille vivement.

En vente sur Amazon

Pour en savoir plus : Editions La Geste   éditions la geste

N’hésitez pas à me laisser un commentaire pour me donner votre avis sur cet article ou à me suivre dans les méandres de mes lectures.
En tant que Partenaire Amazon, Ab Acia et Acu réalise un bénéfice sur les achats remplissant les conditions requises.

4 commentaires Ajouter un commentaire

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s